the new scientific reference

Comment le stress peut-il vous tuer ?5 minutes de lecture

C

[et_pb_section bb_built= »1″ admin_label= »Section » fullwidth= »off » specialty= »off » transparent_background= »off » background_color= »#e5e5e5″ allow_player_pause= »off » inner_shadow= »off » parallax= »off » parallax_method= »on » make_fullwidth= »off » use_custom_width= »off » width_unit= »on » make_equal= »off » use_custom_gutter= »off »][et_pb_row admin_label= »Ligne »][et_pb_column type= »4_4″][et_pb_text admin_label= »Texte » background_layout= »light » text_orientation= »left » use_border_color= »off » border_color= »#ffffff » border_style= »solid »]

[dropcap]A[/dropcap]ujourd’hui, le stress est vu comme le mal du siècle. Vie active, employé de bureau, transport, tant de synonymes pour un simple mot : stress.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section bb_built= »1″ admin_label= »section » transparent_background= »off » background_color= »rgba(229,229,229,0) » allow_player_pause= »off » inner_shadow= »off » parallax= »off » parallax_method= »off » make_fullwidth= »off » use_custom_width= »off » width_unit= »on » make_equal= »off » use_custom_gutter= »off »][et_pb_row admin_label= »row »][et_pb_column type= »4_4″][et_pb_text admin_label= »Texte » background_layout= »light » text_orientation= »left » use_border_color= »off » border_color= »#ffffff » border_style= »solid »]

Introduction

[/et_pb_text][et_pb_text admin_label= »Texte » background_layout= »light » text_orientation= »left » use_border_color= »off » border_color= »#ffffff » border_style= »solid »]

[dropcap]L[/dropcap]e stress peut-être défini dans notre société actuelle comme le mal du siècle. Vie active, employé de bureau, transport, tant de synonymes pour un simple mot : stress.

 

Cependant, celui-ci peut s’avérer extrêmement néfaste pour la personne qui en souffre chroniquement.

Ahmed Tawakol et al.1, ont décidé d’étudier plus précisément et sur le long terme les effets du stress dans leur étude « Relation between resting amygdalar activity and cardiovascular events: a longitudinal and cohort study ».

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section bb_built= »1″ admin_label= »Section » fullwidth= »off » specialty= »off »][et_pb_row admin_label= »Ligne »][et_pb_column type= »4_4″][et_pb_text admin_label= »Texte » background_layout= »light » text_orientation= »left » use_border_color= »off » border_color= »#ffffff » border_style= »solid »]

Stress et évènements cardiovasculaires

[/et_pb_text][et_pb_text admin_label= »Texte » background_layout= »light » text_orientation= »left » use_border_color= »off » border_color= »#ffffff » border_style= »solid »]

Dans un premier temps, il convient de préciser que l’amygdale est l’endroit du cerveau directement lié au stress.  L’idée de départ est simple : une activité élevé au repos de l’amygdale (donc présence d’un stress chronique) augmente-t-il le risque de maladies cardiovasculaires ?

Protocole expérimental

293 individus de 30 ans ou plus (moyenne d’âge de 55 ans) ont été suivi de 2005 à 2008 au Massachusetts General Hospital (Boston, MA, USA). Ils ont subis régulièrement des PET/CT ou Tomographies à émission de positrons pour vérifier l’activité de leur amygdale.

[/et_pb_text][et_pb_testimonial admin_label= »Témoignage » author= »Wikipedia » url_new_window= »off » quote_icon= »on » use_background_color= »on » background_color= »#f5f5f5″ background_layout= »light » text_orientation= »left » use_border_color= »off » border_color= »#ffffff » border_style= »solid »]

La tomographie par émission de positons (TEP), dénommée PET ou PET scan pour « positron emission tomography » en anglais, est une méthode d’imagerie médicale pratiquée par les spécialistes en médecine nucléaire qui permet de mesurer en trois dimensions une activité métabolique ou moléculaire d’un organe grâce aux émissions produites par [l’annihilation matière/antimatière] des positons (positrons en anglais) issus d’un produit radioactif injecté au préalable.

[/et_pb_testimonial][et_pb_text admin_label= »Texte » background_layout= »light » text_orientation= »left » use_border_color= »off » border_color= »#ffffff » border_style= »solid »]

Résultats

Au cours de cette étude, une activité importante de l’amygdale s’est révélée augmenter l’inflammation au niveau des artères.

Tout au long de la période étudiée, 22 personnes liés à l’étude ont eu des problèmes cardiovasculaires incluant infarctus, angine de poitrine, et divers problèmes au niveau des artères.

Les patients ayant montré une activité plus importante de l’amygdale ont au final développé plus rapidement que les autres des désordres cardiovasculaires.

[/et_pb_text][et_pb_text admin_label= »Texte » background_layout= »light » text_orientation= »left » use_border_color= »off » border_color= »#ffffff » border_style= »solid »]

Ainsi, une forte activité de l’amygdale provoquée par le stress est un facteur important quant au risque de maladies cardiovasculaires. Elle y contribue en augmentant l’activation de l’activité de la moelle osseuse et en augmentant l’inflammation artérielle.

Pour citer le Dr Ahmed Tawakol, la réduction des sources de stress permet de diminuer les risques cardiovasculaires.

[/et_pb_text][et_pb_testimonial admin_label= »Témoignage » author= »Dr Ahmed Tawakol, Massachusetts General Hospital and Harvard Medical School, USA. » url_new_window= »off » quote_icon= »on » use_background_color= »on » background_color= »#f5f5f5″ background_layout= »light » text_orientation= »left » use_border_color= »off » border_color= »#ffffff » border_style= »solid »]

Our results provide a unique insight into how stress may lead to cardiovascular disease. This raises the possibility that reducing stress could produce benefits that extend beyond an improved sense of psychological wellbeing. Eventually, chronic stress could be treated as an important risk factor for cardiovascular disease, which is routinely screened for and effectively managed like other major cardiovascular disease risk factors.

[/et_pb_testimonial][et_pb_text admin_label= »Texte » background_layout= »light » text_orientation= »left » use_border_color= »off » border_color= »#ffffff » border_style= »solid »]

Cet article est basé sur l’étude suivante : http://dx.doi.org/10.1016/S0140-6736(16)31714-7.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

  1. Ahmed Tawakol et al., 2017, Relation between resting amygdalar activity and cardiovascular events: a longitudinal and cohort study

A propos de l'auteur

Clément POIRET

Créateur et rédacteur du site Science Exploits, je suis aussi passionné de science et de sport. Je pratique très régulièrement de la gymnastique et du street workout/calisthenics. Je suis ici pour combiner ma passion pour les sciences et mon envie de partager ce que je trouve de plus intéressant parmi les nombreuses études scientifiques.

the new scientific reference

Archives

Recevez nos derniers articles par mail !

Recevez nos derniers articles par mail !

Rejoignez notre liste pour recevoir notre newsletter hebdomadaire gratuitement avec les derniers articles du site Science Exploits !

Vous venez de vous inscrire avec succès, à bientôt !