the new scientific reference

Debug : quand Google lâche 20 millions de moustiques en Californie3 minutes de lecture

D

[et_pb_section bb_built= »1″ _builder_version= »3.0.63″ background_color= »#e5e5e5″][et_pb_row][et_pb_column type= »4_4″][et_pb_text _builder_version= »3.0.63″ background_layout= »light » text_orientation= »left » border_style= »solid »] [dropcap]R[/dropcap]elâcher des millions de moustiques dans la nature, le projet fou pour endiguer la transmission des virus et maladies. [/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section bb_built= »1″ fullwidth= »off » specialty= »off »][et_pb_row][et_pb_column type= »4_4″][et_pb_text _builder_version= »3.0.63″ background_layout= »light » text_orientation= »left » border_style= »solid »]

Debug, le projet de Verily

[/et_pb_text][et_pb_text _builder_version= »3.0.63″ background_layout= »light » text_orientation= »left » border_style= »solid »]

Verily – dont la société mère n’est autre qu’Alphabet (ndlr : maison mère de Google) – dirige le plus gros essai de l’histoire scientifique pour endiguer la progression des virus et maladies transmis par les moustiques (bug en anglais, d’où le jeu de mot avec Debug, c’était bien trouvé il faut l’admettre !) tels que Zika et Dengue.

Le principe est simple : relâcher 20 millions de moustiques mâles rendus stériles par une bactérie que l’on trouve naturellement.

Un problème se pose : comment créer des millions de moustiques seins en laboratoire ? Un robot.

La firme a en effet créé une machine capable de produire 1 millions d’Aedes albopictus mâles traités à l’aide de bactéries Wolbachia. Le premier groupe de 20 millions de moustiques a été relâché à Fresno en Californie.

Le projet Debug, annoncé en Octobre dernier, utilise un triage sexuel permettant de n’obtenir que des mâles, mâles ne pouvant donc pas mordre. Une fois l’accouplement effectué avec une femelle, les œufs produits seront non viables limitant grandement la prolifération de l’espèce.

[/et_pb_text][et_pb_video _builder_version= »3.0.63″ src= »https://youtu.be/cshqWyzxVn8″ image_src= »//i.ytimg.com/vi/cshqWyzxVn8/hqdefault.jpg » /][et_pb_text _builder_version= »3.0.63″ background_layout= »light » text_orientation= »left » border_style= »solid »]

Pour endiguer efficacement la reproduction de l’espèce, un grand nombre de moustique est requis afin de pouvoir augmenter le nombre de fécondations avec les femelles. C’est particulièrement ce point qui fait de cette expérience le plus grand projet de ce type dans l’histoire de la science.

Le processus est complètement robotisé pour relâcher énormément desdits insectes dans un laps de temps très court.

[/et_pb_text][et_pb_testimonial _builder_version= »3.0.63″ author= »Linus Upson » job_title= »Ingénieur » company_name= »Verily » url_new_window= »off » quote_icon= »on » use_background_color= »on » quote_icon_background_color= »#f5f5f5″ background_layout= »light » text_orientation= »left » border_style= »solid »]

Si nous voulons réellement être capable d’aider les gens, nous devons être capable de produire beaucoup de moustiques, de les propager là où il faut et de mesurer les populations à très, très bas coûts. (…)Nous voulons montrer que le procédé peut marcher dans différents types d’environnements.

[/et_pb_testimonial][et_pb_text _builder_version= »3.0.63″ background_layout= »light » text_orientation= »left » border_style= »solid »]

Plus tard dans l’année, un autre essai aura lieu en Australie.

La prolifération des moustiques modifiés par Verily est contrôlée par l’agence américaine de protection de l’environnement (EPA).

Là où le projet lutte contre les maladies qui n’ont que peu voire aucuns traitements, une étude complémentaire menée par l’EPA explique que l’implémentation des nouveaux individus n’altérera pas la vie des autres organismes.

Alors, qu’en pensez-vous ?

 

Via Science Alert.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

A propos de l'auteur

Clément POIRET

Créateur et rédacteur du site Science Exploits, je suis aussi passionné de science et de sport. Je pratique très régulièrement de la gymnastique et du street workout/calisthenics. Je suis ici pour combiner ma passion pour les sciences et mon envie de partager ce que je trouve de plus intéressant parmi les nombreuses études scientifiques.

the new scientific reference

Archives

Recevez nos derniers articles par mail !

Recevez nos derniers articles par mail !

Rejoignez notre liste pour recevoir notre newsletter hebdomadaire gratuitement avec les derniers articles du site Science Exploits !

Vous venez de vous inscrire avec succès, à bientôt !