the new scientific reference

Google veut aider à stabiliser la fusion nucléaire2 minutes de lecture

G

Energie de l’avenir, Google a entrepris d’aider la société Tri-Alpha Energy pour stabiliser la fusion nucléaire.

Faire avancer la recherche

En théorie, la fusion paraît simple : atteindre le même niveau d’énergie que le soleil pour provoquer la fusion des atomes et ainsi produire encore plus d’énergie.

Dans la réalité, cette technologie est encore loin d’être au point malgré des essais de plus en plus concluants. Pour atteindre une fusion stable et durable, il faut manipuler de nombreuses variables et c’est pourquoi Google Research aide la société Tri-Alpha Energy afin de simplifier le processus de recherche.

Leur solution est un algorithme optométriste pouvant accélérer les expérimentations liées au plasma, l’ingrédient principal de la fusion nucléaire. Cet état de matière est, selon Ted Baltz – ingénieur chez Google – très complexe à appréhender même avec les technologies et ressources de la firme.

Nous avons décortiqué le problème pour "trouver des comportements plasmatiques" qu'un expert en physique pense être intéressants (...)Il s'agissait d'un cas classique où les hommes et les machines collaborent pour permettre d'obtenir de meilleurs résultats que séparément.

Ted Baltz, Google Accelerated Science Team, Google Tweet

L’algorithme optométriste a été appliqué au réacteur C2-U de Tri-Alpha Energy et les chercheurs ont été capable de réaliser des expérimentations en quelques heures, là où il faut en général plusieurs mois. Les résultats publiés dans le journal Scientific Reports indiquent une diminution de 50% d’énergie perdue ce qui a permis une augmentation de l’énergie totale du plasma.

C’était seulement pour 2 millisecondes, mais c’était une première ! – Ted Baltz

Une énergie du futur

Ces dernière années, la fusion a été unanimement reconnue comme une source d’énergie renouvelable et propre.

Pouvant produire 4 fois plus d’énergie qu’une fission classique, elle s’impose comme la source d’énergie de demain.

De récentes questions quant à la recherche consistent à trouver un moyen de stabiliser le plasma alimentant les réacteurs, ce qui n’est pas aisé puisqu’il faudra ici au moins 30 millions de degrés Celsius pour provoquer la première fusion.

Comment l’algorithme de Google peut-il aider ? Et bien il peut tout simplement réduire le temps requis pour chaque expérimentation.

Des résultats comme ceux obtenus ici peuvent demander plusieurs années sans traitements informatiques.

 

En créant de nombreuses modélisations informatiques, l’algorithme peut tester toutes les combinaisons possibles pour faire fonctionner la fusion nucléaire.

Il reste encore de nombreuses avancées à réaliser pour la société Tri-Alpha Energy qui n’a réussi à produire son premier plasma que ce mois ci.

Qui arrivera en tête de la course à la fusion ?

Sources : Google Research, Scientific Reports, The Guardian

A propos de l'auteur

Clément POIRET

Créateur et rédacteur du site Science Exploits, je suis aussi passionné de science et de sport. Je pratique très régulièrement de la gymnastique et du street workout/calisthenics. Je suis ici pour combiner ma passion pour les sciences et mon envie de partager ce que je trouve de plus intéressant parmi les nombreuses études scientifiques.

the new scientific reference

Archives

Recevez nos derniers articles par mail !

Recevez nos derniers articles par mail !

Rejoignez notre liste pour recevoir notre newsletter hebdomadaire gratuitement avec les derniers articles du site Science Exploits !

Vous venez de vous inscrire avec succès, à bientôt !