the new scientific reference

La moitié de notre corps vient d’en dehors de notre galaxie4 minutes de lecture

L

[et_pb_section bb_built= »1″ _builder_version= »3.0.64″ background_color= »#e5e5e5″][et_pb_row][et_pb_column type= »4_4″][et_pb_text _builder_version= »3.0.64″ background_layout= »light » text_orientation= »left » border_style= »solid »] [dropcap]U[/dropcap]ne nouvelle étude révèle que presque la moitié de la matière contenue dans la Voie Lactée provient d’autres galaxies. [/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section bb_built= »1″ fullwidth= »off » specialty= »off »][et_pb_row][et_pb_column type= »4_4″][et_pb_text _builder_version= »3.0.64″ background_layout= »light » text_orientation= »left » border_style= »solid »]

Entre toi et moi, il n’y a qu’une étoile

[/et_pb_text][et_pb_text _builder_version= »3.0.64″ background_layout= »light » text_orientation= »left » border_style= »solid »]

Il était une fois le Big Bang, point de départ théorique de notre Univers. La matière « classique » n’était alors que dans sa plus simple forme : un assemblage de quarks, formant un noyau à un proton, de l’hydrogène.

Parcourant l’espace, ces petites particules commencèrent à s’agglomérer jusqu’à former une immense boule de matière. Les atomes les plus profondément enfouis, sous l’effet de la pression commencèrent à fusionner. Les étoiles de première génération étaient nées.

Formant petit à petit l’hélium, les étoiles n’eurent plus assez d’hydrogène et la fusion de l’hélium commença, vous pouvez imaginer la suite.

Avec le temps, certaines explosèrent créant alors des supernovas permettant de libérer la matière formée dans l’Univers.

Vous voyez où je veux en venir. Oui, vous et moi, nous avons été créés par une étoile et notamment par la fusion thermonucléaire.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section][et_pb_section bb_built= »1″ fullwidth= »off » specialty= »off »][et_pb_row][et_pb_column type= »4_4″][et_pb_text _builder_version= »3.0.64″ background_layout= »light » text_orientation= »left » border_style= »solid »]

Transfert intergalactique

[/et_pb_text][et_pb_text _builder_version= »3.0.64″ background_layout= »light » text_orientation= »left » border_style= »solid »]

 

Une nouvelle recherche (The Cosmic Baryon Cycle and Galaxy Mass Assembly in the FIRE Simulations) publiée dans le journal Monthly Notices of the Royal Astronomical Society de l’Académie d’Oxford révèle que prêt de la moitié de la matière classique provient de l’extérieur de notre galaxie, bien plus que ce qui était auparavant imaginé.

Basée sur une simulation sur supercalculateurs, elle met au jour un phénomène nommé transfert intergalactique et pourrait permettre de mieux appréhender l’évolution des galaxies.

Le modèle supervisé par une équipe de la Northwestern University montre que les explosions de supernovas peuvent éjecter de la matière bien au delà de leur propre galaxie via de puissants vents.

[/et_pb_text][et_pb_testimonial _builder_version= »3.0.64″ author= »Daniel Anglés-Alcázar » job_title= »Chef d’équipe » company_name= »Northwestern University » url_new_window= »off » quote_icon= »on » use_background_color= »on » quote_icon_background_color= »#f5f5f5″ background_layout= »light » text_orientation= »left » border_style= »solid »]

Etant donné la quantité de matière – constituant notre corps – qui a été formée dans une autre galaxie, nous pouvons nous considérer comme étant des immigrés intergalactiques. (…)Beaucoup de matière de notre Voie Lactée était dans une autre galaxie et a été expulsée, a voyagé dans l’espace jusqu’à trouver refuge dans une nouvelle maison, notre Voie Lactée.

[/et_pb_testimonial][et_pb_text _builder_version= »3.0.64″ background_layout= »light » text_orientation= »left » border_style= »solid »]

The Cosmic Baryon Cycle and Galaxy Mass Assembly in the FIRE Simulations

Bien que très rapides, les vents mettent en général plusieurs milliards d’années pour arriver à une autre galaxie.

C’est grâce au système FIRE (Feedback in Realistic Environments) que l’équipe a pu réaliser une modélisation 3D réaliste de l’Univers du Big Bang à aujourd’hui.

Les modélisations montrent que majoritairement, les flux vont des petits vers les gros amas de matière, simplement car il est plus facile de s’échapper desdits premiers.

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][et_pb_row][et_pb_column type= »4_4″][et_pb_text _builder_version= »3.0.64″ background_layout= »light » text_orientation= »left » border_style= »solid »]

Maintenant, vous pouvez vous vanter de venir d’une autre galaxie ! Et surtout, c’est quand même bien Bad Ass d’être de la poussière d’étoile, pas vrai ?

 

Sources : Science Alert, arXiv

[/et_pb_text][/et_pb_column][/et_pb_row][/et_pb_section]

A propos de l'auteur

Clément POIRET

Créateur et rédacteur du site Science Exploits, je suis aussi passionné de science et de sport. Je pratique très régulièrement de la gymnastique et du street workout/calisthenics. Je suis ici pour combiner ma passion pour les sciences et mon envie de partager ce que je trouve de plus intéressant parmi les nombreuses études scientifiques.

the new scientific reference

Archives

Recevez nos derniers articles par mail !

Recevez nos derniers articles par mail !

Rejoignez notre liste pour recevoir notre newsletter hebdomadaire gratuitement avec les derniers articles du site Science Exploits !

Vous venez de vous inscrire avec succès, à bientôt !