the new scientific reference

La NASA, SpaceX et HP vont envoyer un supercalculateur dans l’ISS2 minutes de lecture

L

L’ISS a quasiment 20 ans et l’équipement informatique repose sur une technologie de 1985, il est temps de le mettre à jour !

Quand la vie se joue en 30 minutes

L’ISS est un lieu extrêmement important quant à la recherche scientifique. Microgravité, effet des radiations sur la reproduction des mammifères, tout y passe et l’informatique est omniprésent.

ISS

Les ordinateurs de la station reposent sur des chipsets introduits en 1985 et sont désormais insuffisants pour cette station dont l’équipement est en partie contrôlé 24h/24 7j/7 depuis la terre ferme.

Bien qu’actuellement cette technologie soit suffisante et permette de communiquer assez rapidement avec la terre, les choses pourraient se compliquer pour les communications avec Mars où une transmission pourrait mettre jusqu’à 30 minutes.

Cela pourrait sembler peut par rapport à la distance séparant la Terre de Mars, mais selon le vice-président d’Hewlett-Packard, 30 minutes pourraient coûter la vie à un Homme.

Une latence importante peut rendre les explorations compliquées voir potentiellement dangereuses si les astronautes rencontrent un scénario critique qu'ils ne peuvent dénouer seuls.

Alain Andreoli, Vice Président, Hewlett-Packard Enterprise Tweet

ISS

Un logiciel à toute épreuve

Pourquoi – en 20 ans – aucun ordinateur plus puissant n’a-t-il été envoyé ?

Les voyages dans l’espace sont mal gérés par la technologie. Radiations, rayonnement solaire, micrométéorites, particules subatomiques, alimentation électrique instable, refroidissement incertain, tant de problématiques qui ne se posent pas sur terre mais qui mettent les ordinateurs à rude épreuve. Les protections sont coûteuses et surtout, volumineuses.

Les composants classiques pourraient-il résister à l’espace ? C’est ce que la NASA et HP vont essayer de savoir.

Lundi, une navette de SpaceX lancera un supercalculateur nommé Spaceborne pour une expérimentation d’un an, pile le temps requis pour envoyer des Hommes sur Mars.

L’ordinateur n’a pas été protégé contre les radiations mais il a été protégé « logiciellement ». Le but est de comprendre comment les performances d’un ordinateur « classique » vont être dégradées. Un supercalculateur témoin fonctionnera simultanément sur terre.

Aussi fin que deux boites de pizza « water-coolées », son OS peut s’adapter intelligemment aux erreurs induites par l’environnement. Ce n’est peut-être pas l’ordinateur le plus puissant du marché mais sa puissance d’1 Téraflop fait de lui l’ordinateur le plus puissant jamais envoyé dans l’espace.

Si l’expérience réussie, elle permettra d’ouvrir le champ des possibles quant à la technologie de pointe au sein de l’ISS et facilitera l’exploration au delà de l’orbite de la terre. De plus, cela s’avérera déterminant quant à l’envoi d’Hommes encore plus loin et permettra de réduire les communications puisque les données pourront être traitées sur place et non plus sur Terre.

Sources : Arstechnica, The Next Web

A propos de l'auteur

Clément POIRET

Créateur et rédacteur du site Science Exploits, je suis aussi passionné de science et de sport. Je pratique très régulièrement de la gymnastique et du street workout/calisthenics. Je suis ici pour combiner ma passion pour les sciences et mon envie de partager ce que je trouve de plus intéressant parmi les nombreuses études scientifiques.

the new scientific reference

Archives

Recevez nos derniers articles par mail !

Recevez nos derniers articles par mail !

Rejoignez notre liste pour recevoir notre newsletter hebdomadaire gratuitement avec les derniers articles du site Science Exploits !

Vous venez de vous inscrire avec succès, à bientôt !