the new scientific reference

La mémoire musculaire existerait au niveau épigénétique3 minutes de lecture

L

Pour la première fois, une étude menée par des chercheurs de l’université de Keele (Angleterre) montre que la mémoire musculaire hypertrophique est épigénétiquement codée.

Epigénétique et mémoire hypertrophique

Il est aujourd’hui montré que l’environnement connu par le passé influence l’expression actuelle de certains gènes (Sharples, et al., Does skeletal muscle have an ‘epi’-memory? The role of epigenetics in nutritional programming, metabolic disease, aging and exercise. 2016). C’est ce que l’on appelle, l’épigénétique.

Qu’est-ce que l’épigénétique ?

Alors que la génétique correspond à l’étude des gènes, l’épigénétique s’intéresse à une « couche » d’informations complémentaires qui définit comment ces gènes vont être utilisés par une cellule ou… ne pas l’être.

C'est un concept qui dément en partie la « fatalité » des gènes.

Michel Morange, professeur de Biologie à l'ENS Tweet

L’étude publiée dans le journal Scientific Reports et menée à l’Université de Keele par l’équipe de Robert A. Seaborne rapporte pour la première fois que les muscles striés squelettiques ont une mémoire épigénétique influençant la croissance musculaire.

C’est en utilisant les dernières techniques d’analyse génétique que les chercheurs de Keele associés aux Universités de Liverpool, Northumbria et Manchester Metropolitan ont étudié plus de 850000 fragments de génome humains.

Ils ont isolé des gênes présentant des marqueurs chimiques impliqués dans la croissance musculaire après l’entraînement, qui sont retournés dans leur état normal après un arrêt de l’entraînement puis ont retrouvé leur activité passée après une reprise de l’exercice plus tard dans la vie de l’individu.

Connus sous le terme de modifications épigénétiques, lesdits marqueurs fournissent les instructions quant à l’activation ou la désactivation d’un gène sans engendrer une quelconque mutation. (NDLR : peut-être devrai-je parler d’inhibition et d’activation).

Dans cette étude, nous avons démontré que les gènes du muscle se détachent davantage de cette information épigénétique lorsqu'il se développe après l'exercice dans la vie antérieure. Ce qui est important, c'est que ces gènes restent non étiquetés même lorsque nous perdons de nouveau du muscle, mais ce détachement aide à "changer" le gène dans une plus grande mesure et est associé à une plus grande croissance musculaire en réponse à l'exercice plus tard dans la vie - démontrant ainsi une mémoire épigénétique de la croissance musculaire antérieure.

La recherche à d’importantes implications dans le monde sportif comme le développement d’un athlète, sa réhabilitation ou encore les individus trichant sur leurs performances par l’apport exogène de substances controversées.

Si un athlète progresse puis se blesse, l’étude peut jouer un rôle fondamental sur sa récupération mais d’autres recherches sont nécessaires à la compréhension du rôle des différents types d’entraînement sur les modifications épigénétiques.

Si un athlète élite prend des produits dopants pour augmenter la masse musculaire, ses muscles peuvent garder une mémoire de cette croissance musculaire antérieure. Si l'athlète est pris en flagrant délit et fait l'objet d'une interdiction, il se peut que les interdictions de courte durée ne soient pas suffisantes car elles peuvent continuer d'avoir un avantage sur ses concurrents parce qu'ils ont pris des drogues plus tôt dans la vie, même s'ils n'en prennent plus. Davantage de recherches utilisant des médicaments au développement musculaire, plutôt que l'exercice utilisé dans la présente étude, est nécessaire pour le confirmer.

A propos de l'auteur

Clément POIRET

Créateur et rédacteur du site Science Exploits, je suis aussi passionné de science et de sport. Je pratique très régulièrement de la gymnastique et du street workout/calisthenics. Je suis ici pour combiner ma passion pour les sciences et mon envie de partager ce que je trouve de plus intéressant parmi les nombreuses études scientifiques.

the new scientific reference

Nous supporter

Vous pouvez miner, ça ne vous coûtera rien !
Minage à 0 Hashes/s
( - )   0 %   ( + )
Commencer
Arrêter

Commentaires récents

Archives

Recevez nos derniers articles par mail !

Recevez nos derniers articles par mail !

Rejoignez notre liste pour recevoir notre newsletter hebdomadaire gratuitement avec les derniers articles du site Science Exploits !

Vous venez de vous inscrire avec succès, à bientôt !